presse algérienne, l’arme de la religion

La représentation dominante de l’Amérique dessinée par les journaux algériens est celle d’une puissance économique et politique. Cette image, quelque peu caricaturale, met en scène un “gendarme de la planète” qui veut mettre sous sa coupe le monde entier, y compris et sur­tout les pays européens, ses alliés traditionnels.

La lecture de quelques éditoriaux de quotidiens algériens de grande diffusion, Le quotidien d’Oran, la Tribune et Le Matin, révèle la représentation de l’opinion algérienne à propos de la puissance américaine. Celle-ci a été très sen­sibilisée aux événements irakiens, à cause de la proximité civilisationnelle entre les deux pays, et du passé de l’Algé­rie marqué par une colonisation des plus sanglantes.

La presse algérienne s’est clairement opposée à une inter­vention armée en Irak. Celle-ci est décrite comme illégitime et injuste, puisqu’elle s’attaque à un peuple affaibli par une dictature de plus d’un quart de siècle, dix années de guer­re contre l’Iran, une guerre contre les USA en 91, un embargo de plus de 10 ans. Les USA sont ainsi présentés dans les médias algériens comme n’obéissant qu’à une logique ultra-libérale, qu’ils tentent de justifier par la lutte anti-terroriste.

En outre, il semblerait que cette guerre n’a d’autre finalité que d’asseoir la domination américaine par rapport à d’autres puissances menaçantes : « Les États-Unis sont sur le pied de guerre non pas pour défendre la démocratie — cette dernière est écrasée, bafouée quotidiennement à tra­vers le monde—, mais pour mieux dominer le monde alors que l’initiative économique et géopolitique commence sérieusement à lui échapper au profit d’une Europe nais­sante qui se cherche maladroitement mais sûrement au profit d’un Japon qui s’étend sournoisement en Asie et ailleurs au profit d’une Chine qui deviendra la première puissance économique dans une dizaine d’années » (La Tribune, 15 février 2003).

Les États-Unis ont refusé de croire aux affirmations des Ira­kiens à propos de leur désarmement, car, en fait, la guer­re se préparait depuis longtemps, et l’ONU était le dernier obstacle pour passer à l’action. Cela explique leur entête­ment à vouloir aller coûte que coûte en guerre contre un peuple affamé, même en piétinant les principes de fonc­tionnement de l’ONU : « Le rapport de Bagdad sur ses efforts de désarmement, transmis le 7 décembre dernier à l’ONU, comporterait, selon les experts américains, des omissions, beaucoup d’omissions sur son programme d’ar­mement nucléaire. Autant de motifs d’inquiétude pour la communauté internationale et les Irakiens quant à une autre guerre imposée par les Américains à un pays meur­tri et affaibli par onze années d’embargo économique, et autant de motifs indiscutables pour le président américain, pressé d’en découdre, par les lobbies pétroliers améri­cains, avec Saddam Hussein, un président assis sur une manne pétrolière presque inépuisable » (Le Quotidien d’Oran, 22 décembre 2002).

Le pétrole et le choc des civilisations

Sans aucun doute, la principale motivation guerrière américaine est la mainmise sur les ressources pétrolières, comme les souligne Le Quotidien d’Oran: « Tous les pays arabes savent, plus que tout, que les Américains veulent le pétrole irakien et tant que Saddam est là, les compa­gnies américaines et britanniques ne pourront pas exploiter les plus grands gisements pétroliers du monde » (11 novembre 2002).

Par ailleurs, les journaux algériens, essentiellement arabo­phones, soulignent que l’argumentation américaine s’ap­puie sur le « choc des civilisations » de S. Huntington. Tous critiquent les hommes publics arabes et les médias arabes qui adhèrent à une telle grille de lecture du monde. Le Quotidien d’Oran évoque cette question à différentes reprises: « Préoccupé par les “prévisions alarmistes” d’une future confrontation entre le monde occidental et le monde musulman, d’un retour à la case départ d’un conflit vieux de plusieurs siècles, le président algérien a cru devoir conjurer le principe “hutingtonien” du choc entre civilisa­tions à la tribune même de l’ONU.Il n’a fait que traduire la crainte du monde musulman, ce dont sont conscients les dirigeants américains qui cherchent, malgré leur détermi­nation déclarée (peut-être s’agit-il d’une pure tactique) à opter, si nécessaire, pour une action unilatérale, à agir dans le cadre d’une coalition. Pour conjurer cette fameuse guerre civilisationnelle, il y a, il est vrai, le dialogue à ins­taurer entre les cultures, entre les religions. Mais à quels niveaux l’instaurer ? Pas seulement dans le domaine du folklore, ni au sein des organisations de l’ONU si on exclut la structure décisionnelle du Conseil de sécurité restreint qui peut, de toute façon, être court-circuitée si est validé le principe de la “guerre préventive” » (11février 2003).

D’ailleurs la chaîne qatarie Al-Jazira est accusée de jouer le jeu des promoteurs de la thèse huntingtonienne, en dif­fusant un enregistrement d’Oussama Ben Laden appelant à la guerre sainte contre « l’ennemi apostat ». Le Matin va dans ce sens, en titrant un article « L’Amérique possède en Saddam et Ben Laden des alliés précieux et objectifs ». Le journaliste affirme : « Aujourd’hui, habillant ses velléités guerrières d’une lutte contre le terrorisme et l’islamisme, Washington n’a d’autre objectif que de s’installer durable­ment en Irak afin de faire main basse sur les gisements pétroliers… Une fois le régime de Saddam abattu, le pays sera administré, comme l’a été le Japon au lendemain de 1945, au plus grand profit de l’Amérique. Et ce, avant que cette même Amérique ne se retourne contre le prochain ennemi, l’Iran. Au nom, bien sûr, de la lutte entre le bien et le mal. Pour ce faire, les États-Unis et leurs alliés préparent leurs opinions publiques à la guerre contre l’Irak. Les menaces prétendues ou supposées d’Oussama Ben Laden et de ses réseaux sont instrumentalisées à satiété par médias interposés » (16 novembre 2002).

« La “voix” d’Oussama Ben Laden est quasiment une perche tendue à l’Amérique pour lui donner l’argument dont elle ne dispose pas pour la guerre… », écrit Le Quo­tidien d’Oran (12 mars 2003). Et d’ajouter dans un article paru au même numéro : « Le message audio d’Oussama Ben Laden, diffusé mardi dernier par Al-Jazira, constitue une nouvelle manœuvre médiatique, peut-être le prélude à une invasion de l’Irak. Colin Powell l’a annoncé en premier. Al-Jazira a d’abord démenti, avant de se résoudre à admettre qu’elle était en possession d’un enregistrement du chef d’Al-Qaïda dont, une fois n’est pas coutume, Washington souhaitait ardemment la diffusion. Appelant au djihad contre “les alliés du démon”, ce document sorti de nulle part vaut presque une résolution onusienne hostile à l’Irak ».

Faucons et gardiens du temple

Selon la presse analysée, la politique des Américains envers l’État d’Israël explique également cet acharnement des « faucons de la Maison-Blanche » à faire la guerre à l’Irak. En détruisant ce dernier, Israël serait sans conteste la première puissance militaire et économique de la région. Les Américains auraient rendu caduques les organisations sensées jouer un rôle d’équilibre dans la région (Ligue arabe, Union du Maghreb Arabe, Organisation de la Conférence Islamique) et corrompu tous les États arabes.

D’ailleurs Le Matin nomme ces derniers « La grande puis­sance favorable à Israël », et La Tribune les traite de « gar­diens du temple »: « Pourquoi un soupçon a provoqué une mobilisation contre l’Irak, alors qu’Israël, qui fait des essais nucléaires dans le Néguev et refuse de ratifier le TNP, n’est pas inquiété par “les gardiens du temple” » (23 janvier 2003)?

Pour conclure, nous dirons que l’opinion algérienne, relayée par la presse, était convaincue par l’imminence de la guerre des États Unis en Irak. Cela à cause de leur sentiment de superpuissance qui les incite à intervenir là où ils jugent nécessaire d’intervenir. Ils sont prêts à aller en guerre en utilisant tout l’arsenal dont ils disposent pour mettre à genou un pays meurtri par des années de guerre et d’embargo économique, ceci afin d’assurer la pérenni­té à l’État d’Israël, de s’accaparer les richesses pétrolières de la région et d’arriver à contrôler l’économie mondiale, même s’ils doivent passer outre l’ONU et narguer en même temps leurs alliés traditionnels européens (la France et l’Allemagne ). En utilisant l’arme de la religion, l’Amé­rique tente de justifier « à sa propre opinion de la néces­sité de son intervention en Irak ».

————————-

 Article paru dans la revue Médiatiques de l’université catholique du louvain, Louvain-La-Neuve, Belgique, 2003.

 

Responses

  1. Il faut resister à la franc-maçonnerie mondiale ! Si l’islam est une grande barrière contre cette secte gouvernementale, il faut honorer nos pieux prédécesseurs, Louange à Allah !

    • لا يغير الله ما بقوم حتى يغيروا ما بأنفسهم. أعتقد الأستاذ الكريم أنه قبل أن نبحث عن أعداء افتراضيين علينا نحن أن نستر عوراتنا ونتقن منطق الصراع الحضاري. اعلم أستاذي الكريم أننا أمة لا تفقه سوى الكلام الفارغ ، ولا توجد أمة تعادي العلم أكثر من أمتنا

  2. Je ne pouvais pas quitter votre site avant de suggérer que j’ai vraiment apprécié l’info norme une personne de subvenir à vos visiteurs? Est va revenir souvent afin de vérifier sur de nouveaux messages meilleurs voeux

  3. Wow, incredible blog layout! How long have you been blogging for? you make blogging look easy. The overall look of your site is great, let alone the content!. Thanks For Your article about presse algérienne, l’arme de la religion | Omar Belkheir .


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

علاج على الهوا

تعلم كيف تعالج نفسك بنفسك عبر البرنامج الاول في العالم العربي - اعداد وتقديم الاختصاصي محمد رضى عمرو

The WordPress.com Blog

The latest news on WordPress.com and the WordPress community.

%d blogueurs aiment cette page :